REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE

 

Service Santé - Environnement

ANNEE 2000

 

 

ENVENIMATION SCORPIONIQUE

RAPPORT ANNUEL

SUR LA SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE

EN ALGERIE

ANNEE 2000

Rapport élaboré par :

Dr Y. LAID

Médecin épidémiologiste

En collaboration avec:

Melle R. OUDJHANE

Ingénieur en aménagement du territoire,

option environnement

Saisie informatique des données :

Mme K. BACHIRI,

Technicienne supérieure en épidémiologie

Pour tout contact :

Service Santé Environnement

Institut National de Santé Publique

04, chemin El Bakr, El Biar, Alger

Tél.: 021.91.20.23/24

Fax: 021.91.27.37

E.mail : insp@ibnsina.ands.dz

Ce rapport peut être consulté sur le site: http//www.ands.dz

 

1. Présentation de l’Algérie

1.1. Cadre physique

L’Algérie constitue un pentagone de 2 381 740 km2, situé à l’extrémité Nord du continent Africain et au sud-ouest du bassin méditerranéen.

En partant de l'est et en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, l'Algérie possède des frontières communes avec la Tunisie, la Libye, le Mali, le Niger, la Mauritanie. le Sahara Occidental et le Maroc.

Dans ce rapport les résultats sont données par Wilaya, par régions géographiques (découpage de l'O.N.S) et par régions sanitaires (découpage sanitaire).

  • Wilaya : l'Algérie est découpée administrativement en 48 Wilaya qui totalisent 1.541 communes.
  • Les régions géographiques (carte 1) : l'Atlas tellien au nord et l'Atlas saharien au sud traversent l'Algérie d'ouest en est et la divise en trois parties bien distinctes:
  • le Tell ou Sahel au nord, bande côtière étroite de moins de 150 km de large au nord, qui comprend 22 Wilaya,
  • les hautes plaines au centre, d'altitude moyenne de 900 m, comprises entre les deux chaînes montagneuses, avec 17 Wilaya,

Ces deux parties constituent l'Algérie du nord et représentent 381.000 km2 divisés administrativement en 40 Wilaya, totalisent 91,77 % de la population algérienne.

  • le sud ou Sahara, dont les deux millions de kilomètres carrés sont divisés en neuf Wilaya, héberge seulement 8.23 % de la population totale.

Le climat constitue la caractéristique géographique la plus importante. L'Algérie

du nord est méditerranéenne dans sa totalité, mais il tend rapidement vers le type continental à mesure que l'on pénètre vers le sud du pays où l'hiver est frais et humide, l'été chaud et sec.

Les pluies sont généralement insuffisantes, irrégulières et inégalement réparties dans l'espace et dans le temps. Elles sont nulles en été et maximales en hiver dans le tell et au printemps dans les hauts plateaux. La partie ouest du pays est moins arrosée que la partie est. Le Sahara est d'une aridité extrême, les précipitations sont inférieures à 100 mm de pluie par an. Le rôle du climat est essentiel, il détermine l’hydrologie, l’érosion et la vie rurale, toutes choses essentielles pour l’économie d’un pays essentiellement agricole comme l’est l’Algérie.

  • Les régions sanitaires : il existe 5 régions sanitaires (carte 2) Crées par décret exécutif n° 007-261 du 14 juillet 1997. Ces régions sont dotées de structures techniques (annexes régionales de l'INSP), dénommées Observatoires Régionaux de la Santé.
  • la région sanitaire du centre : 11 Wilaya
  • la région sanitaire de l'est : 14 Wilaya
  • la région sanitaire de l'ouest : 11 Wilaya
  • la région sanitaire du sud est : 07 Wilaya
  • la région sanitaire du sud ouest : 05 Wilaya.

1.2. Données démographiques

La population algérienne est estimée durant l'année 2000 à 30 421 755 habitants.

La répartition de celle-ci par régions géographiques et sanitaires et par âge est la suivante :

  • Population par régions géographiques

Répartition de la population Algérienne par régions géographiques Année 2000

Régions Géographiques

TELL

HAUTES PLAINES

SUD

TOTAL

Population

17 439844

10 478757,5

2 503154

30421755

  • Population par régions sanitaires

Répartition de la population Algérienne par régions sanitaires Année 2000

Régions Sanitaires

Centre

Est

Ouest

Sud-est

Sud-ouest

Total

Population

10144210,5

9507002

7343794,5

2498726

928022

30421755

  • Répartition de la population par groupes d'âges en pourcentage (RGPH 1998) :

Groupes d'âges

Masculin

Féminin

Total

0-4 ans

5,59

5,33

10,93

5- 14 ans

12,85

12,38

25,23

15-49 ans

26,35

25,78

52,14

50 ans et +

5,71

5,99

11,70

Total

50,51

49,49

100,00

  • Evolution de la mortalité générale

Le taux brut de mortalité enregistré en l'an 2000 est de 5.46 pour 1000.

2. Modalités et qualité du système de surveillance

    1. Objectifs des déclarations
    2. Les déclarations (cf. note N°954/MSP/DP/SDRSE du 29/12/96), permettent de suivre l'évolution des cas d'envenimation scorpionique et d'en connaître les principales caractéristiques épidémiologiques.

      Elles permettent aussi d'évaluer l'impact des mesures préventives préconisées par le programme national de lutte contre ce fléau.

    3. Définition du cas
    4. Tout cas de piqûre par le scorpion qui se présente à une structure de santé.

    5. Qualité du système de surveillance

324 fiches de déclarations mensuelles ont été reçues des 27 Wilaya touchées par ce problème de santé publique durant l'année 2000, soit 100 % des fiches de déclarations.

L'analyse qui suit a porté sur l'ensemble de ces fiches

  1. Méthode et définitions

Dans ce rapport 2000, comme dans celui de 1999, la population de référence prise en considération est celle de la population totale du pays. Ce choix a été fait pour deux raisons essentielles :

  • le risque d'envenimation scorpionique peut se retrouver dans d'autres régions du pays mais de gravité moindre,
  • l'uniformisation des calculs des différents taux utilisés.

Le taux d'incidence : tous les cas apparus au cours de l'intervalle de temps considéré (mois, année) figurent au numérateur. Au dénominateur la population considérée est spécifiée selon la zone géographique considérée.

Létalité : Elle se calcule comme le rapport du nombre de décès par envenimation scorpionique sur le nombre de cas piqués au cours de la même période et s'exprime en pourcentage.

 

Mortalité spécifique selon la cause: le taux de mortalité spécifique par envenimation scorpionique est calculé de la façon suivante :

INTRODUCTION

Dans la 10ème classification internationale des maladies (CIM 10), l'envenimation scorpionique est classée dans le groupe "effets toxiques de substance d'origine essentiellement non médicinale" (T51 - T65), et dans la rubrique T63 "effet toxique d'un contact avec un animal venimeux", sous le code T63.2, dénommé "venin de scorpion".

L’envenimation scorpionique est une maladie contrôlable par l'hygiène du milieu.

Elle représente l’un des plus importants problèmes de santé publique en Algérie et plus particulièrement au niveau des régions des hauts plateaux et du sud, où chaque année plusieurs milliers de personnes sont piqués par le scorpion et dont une centaine en moyenne décèdent. Durant la dernière décennie, plus de 300 000 cas d'envenimation scorpionique ont été notifiés ayant engendré plus de 1000 cas de décès (tab 1).

En matière de dispositif réglementaire

Elle est sous surveillance, mais sa déclaration n'est pas obligatoire dans notre pays.

La surveillance épidémiologique avait débuté en 1986, où un système avait été mis en place avec comme objectif, l’enregistrement des cas et la standardisation du traitement.

  • En 1996, une circulaire (N°954/MSP/DP/SDRSE du 29/12/96) portant sur la modification du système d’information relatif à l'envenimation scorpionique a été diffusée par le ministère de la santé. A partir d'une synthèse mensuelle effectuée par les services de santé de Wilaya, le ministère de la santé / Direction de la prévention et l'Institut National de Santé Publique sont chacun destinataire d'une fiche mensuelle (fiche en annexe)

Cette fiche comporte les items suivants :

  • Wilaya,
  • Mois,
  • Nombre de piqués par tranche d'âge,
  • Nombre de décès par tranche d'âge,
  • Le siège de la piqûre,
  • Le lieu de la piqûre,
  • Horaire de la piqûre,
  • Et le traitement reçu selon le temps mis entre la piqûre et l'arrivée des malades à l'unité de soins.
  • En janvier 1997, un comité national intersectoriel de lutte contre l’envenimation scorpionique de lutte a été mis en place (arrêté MSP N°7 du 23/01/1997) et à permis le lancement du programme national de lutte contre l'envenimation scorpionique. Ce programme qui était sectoriel avant cette date est devenu intersectoriel. Il est défini en 26 points et les axes principaux sont :
    • L'information sanitaire,
    • La formation,
    • L'éducation sanitaire,
    • L'amélioration de l'environnement.
  • Le 20 avril 1999, une instruction du Ministère de la Santé et de la Population portant le N° 7 MSP / SG, portant sur la lutte contre l'envenimation scorpionique destinée aux wali pour le renforcement du programme par l'implication des collectivités locales.

 

Tab. 1. Evolution de la morbidité et de la mortalité

Annuelle par envenimation scorpionique en Algérie

de 1991 à 1998

 

Année

Cas d'envenimation scorpionique

Cas de décès

1991

22972

106

1992

23774

103

1993

26588

108

1994

29145

139

1995

28855

89

1996

26563

110

1997

35497

128

1998

37161

104

1999

50722

149

Cas cumulés

 

Fig. 1 : Evolution de la morbidité et de la mortalité

Annuelle par envenimation scorpionique en Algérie

1991 à 1999

Situation épidémiologique

L'analyse de la situation épidémiologique de l'année 2000, montre que 47521 cas de piqûres de scorpion ont été déclarés dont 108 cas mortels. Par rapport à l'année précédente, une diminution a été observée en termes de morbidité et de mortalité.

 

La morbidité et la mortalité restent importante, et sont l’apanage des hauts plateaux et du sud du pays. Il a été enregistré 47521 cas de piqûres de scorpion dont 108 ont été mortels.

La Wilaya d’Illizi enregistre le taux de létalité et la mortalité spécifique les plus élevés avec respectivement 0.63 décès pour 100 cas piqués et 0,053 pour 1000 habitants.

 

Le tableau 2 montre que les cas de piqûres ont touché dans 57% les 15-49 ans. et que la mortalité par piqûre de scorpion touche essentiellement les enfants âgés entre 1 et 14 ans en particulier celle en âge scolaire (43 % des décès).

 

Tab. 2 : Répartition des cas piqués et des décès par âge

AGE

CAS PIQUES

%

DECES

%

0-11 mois

237

0,50

4

3,77

1-4 ans

3327

6,98

32

28,30

5-14 ans

11398

23,93

46

43,40

15- 49 ans

26783

56,45

19

17,92

50 ans et plus

5776

12,15

7

6,60

TOTAL

47 521

100,00

108

100,00

 

1. Au niveau des Wilaya (Cf. tab. 3, carte 3).

1.1. Morbidité

Les Wilaya les plus touchées sont :

  • Adrar, Biskra, Naama, Ouargla avec plus de 1000 cas pour 100 000 habitants,
  • El-Oued, Illizi, Ghardaïa, El-Bayadh, Laghouat, M’Sila, Djelfa, Tamanrasset entre 300 et un peu moins de 1000 cas pour 100 000 habitants.

Mortalité par Wilaya (tab.3, carte 4).

La Wilaya de Ouargla enregistre le plus grand nombre de décès (21); par contre l'analyse de la létalité montre que les Wilaya d'Illizi (0,63 %), Laghouat (0,62 %), Tiaret(0,46 %) et Tamanrasset (0,46 %) enregistrent les taux les plus élevés.

Il est à remarquer que la mortalité spécifique est importante dans les Wilaya d'Illizi (0.053 pour 1000 habitants) et de Ouargla ((0.044 pour 1000 habitants).

2. Au niveau des régions géographiques

2.1. Morbidité

Les régions géographiques des hautes plaines et du sud ont enregistré le plus grands nombres de cas piqués, soit respectivement 23 671 (49.81 %) et 21 986 (46,27 %) des cas d’envenimation scorpionique.

  • Les taux d’incidence sont de 878,33 piqués pour 100 000 habitants au niveau de la région géographique du sud et 225,90 cas pour 100 000 habitants au niveau de la région géographique des hautes plaines (tab 4 )
  • D’avril à octobre, plus de 1000 cas de piqûres mensuelles ont été enregistrées dans ces 2 régions, les taux d’incidence les plus élevés ont été notés pendant le mois de juillet (tab. 4, fig. 2).
  • Siège anatomique de la piqûre

Les membres supérieurs sont les plus touchés dans 47.13 % des cas piqués et les membres inférieurs dans 43.%.

  • lieu et horaire de la piqûre

48 % des cas ont été piqués à l’intérieur des maison et plus de 62% sont enregistrées entre 6-12 heures et 18-00 heures.

2.2. létalité par régions géographiques

Le taux de létalité est de 0.23 % au niveau du pays.

La région géographique du sud a un taux de létalité de 0.25 %, par contre on retrouve un taux de 0.22 % au niveau des hauts plateaux.

  • 56 décès ont été notifiés par la région géographique du sud et 52 décès par la région des hauts plateaux, soit respectivement 52% et 48%.

3. Au niveau des régions sanitaires

3.1. Morbidité

Les régions sanitaires du sud-ouest et du sud-est ont enregistré successivement 964 et 951 cas pour 100 000 habitants.

  • Incidence mensuelle

L’incidence mensuelle > 90 cas pour 100 000 habitants a été enregistrée pour les mois Mai, Juin, Juillet, Août et septembre au niveau des 2 régions sanitaires du sud.

  • Répartition des cas de piqûres par tranche d'âge

Les personnes âgés entre 15 et 49 ans sont les plus touchées dans l'ensembles des régions sanitaires.

  • Incidence horaire

L’incidence horaire est plus importante dans les tranches horaires 6-12 h et 18-00 h dans l'ensemble des régions sanitaires du pays.

  • Siège

Les membres sont les sièges anatomiques les plus touchés, et dépassent les 90 % des cas de piqûres dans la majorité des régions sanitaires.

  • Lieu

Dans les deux régions sanitaires du sud ouest et l'est, les cas de piqûres surviennent beaucoup plus à l'intérieur des maisons., dans le reste, elles surviennent à l'extérieur.

 

3.2. létalité par régions sanitaires

Le nombre de décès notifie par la région sanitaire du sud-est est de 58 décès, soit 54% de l’ensemble des décès.

La létalité la plus importante a été enregistrée dans la région ouest (0,30 décès pour 100 cas piqués).

 

Conclusion

Globalement, nous retenons les éléments suivants :

 

  • La répartition géographique des cas piqués montre que les régions géographiques des hautes plaines et du sud ont enregistré le plus grand nombre de cas piqués, soit respectivement 23 671 (49,81 %) et 21 986 (46,27%) des cas d’envenimation scorpionique.
  • La létalité est plus importante dans les Wilaya Illizi (0,63 %), Laghouat (0.62 %), Tiaret (0,46 %) et Tamanrasset (0,46 %).

La région géographique du sud a un taux de létalité de 0.25 %, par contre on retrouve un taux de 0.22 % au niveau des hauts plateaux (56 décès ont été notifiés par la région géographique du sud et 52 décès par la région des hauts plateaux).

Le taux de létalité est de 0.23 % au niveau de tout le pays.

Le nombre de décès notifié par la région sanitaire du sud-est est de 58 décès, soit 54% de l’ensemble des décès.

  • Les cas de piqûres sont plus importants de juin à septembre. Les décès ont été enregistrés essentiellement entre Juin et Septembre.
  • L’analyse de la répartition des cas piqués par tranche d’âge, montre que les 15-49 ans (population active) est touchée en moyenne dans 56 % des cas. La tranche d’âge 5-14 ans est touchée en moyenne dans 24%.

La tranche d’âge la plus touchée par le nombre de cas décédés est celle de 5-14 ans, par contre une létalité importante a été observée chez les moins de 5 ans avec 1,69 décès pour 100 cas piqués.

  • Siège de la piqûre : les membres supérieurs sont les plus touchés dans 47%des cas piqués et les membres inférieurs dans 43 %.
  • lieu et horaire de la piqûre : 48 % des cas ont été piqués à l’intérieur des maisons , 49 % à l'extérieur des maisons et près de 31% l’ont été entre

0-12 heures et 31,84% entre 18-00 heure.

 

Par rapport au programme de lutte mis en place, il ressort de cette analyse les points suivants :

  • Comme points forts :
  • L'existence d'un dispositif de surveillance épidémiologique,
  • Les régions à risque et les plus touchées sont connues et ciblées par le programme,
  • Présence d'un effort de formation en vue de l'amélioration de la prise en charge thérapeutique .
  • Existence de quelques actions de communication
  • Comme points faibles :
  • La lourdeur du système de déclaration des cas,
  • Le manque d'harmonie et d'efficacité de la stratégie intersectorielle,
  • L'absence d'une stratégie de communication à moyen et long terme.

Quelques propositions

  • Intégration du dispositif de surveillance dans le cadre du système de surveillance épidémiologique des maladies à déclaration obligatoire.
  • Développer des études épidémiologiques pour mieux connaître les comportements sociaux et les croyances de la population par rapport à ce phénomène.
  • Développer l'épidémiologie environnementale dans ce domaine.
  • Développer des études épidémiologiques en vue de déterminer les facteurs de risque liés aux décès par envenimation scorpionique.
  • Renforcement du programme actuel en s'appuyant sur une stratégie de communication bien ciblée et une coordination intersectorielle associant le mouvement associatif au niveau surtout local. N.B. Le programme de lutte a été élaboré en 1996, il s’agit d’un plan défini en 26 points.

 

Tab. 3 : ENVENIMATION SCORPIONIQUE EN ALGERIE

MORBIDITE ET LETALITE PAR WILAYA - ANNEE 2000

WILAYA

Cas piqués

Décès

Incidence (pour 100 000 personnes)

Mortalité spécifique (°/00)

Létalité (%)

ADRAR

4964

5

1 492

0,0150

0,10

CHLEF

LAGHOUAT

1950

12

555

0,0341

0,62

O.E. BOUAGHI

BATNA

977

2

95

0,0019

0,20

BEJAIA

BISKRA

7513

7

1 255

0,0117

0,09

BECHAR

682

0

284

0,0000

0,00

BLIDA

BOUIRA

199

0

30

0,0000

0,00

TAMANRASSET

658

3

439

0,0200

0,46

TEBESSA

1057

0

178

0,0000

0,00

TLEMCEN

290

0

32

0,0000

0,00

TIARET

1315

6

164

0,0075

0,46

TIZI OUZOU

271

0

24

0,0000

0,00

ALGER

DJELFA

3964

17

448

0,0192

0,43

JIJEL

SETIF

SAIDA

136

0

42

0,0000

0,00

SKIKDA

SIDI BEL ABBES

ANNABA

GUELMA

55

0

12

0,0000

0,00

CONSTANTINE

MEDEA

1004

0

115

0,0000

0,00

MOSTAGANEM

M'SILA

4627

8

527

0,0091

0,17

MASCARA

OUARGLA

5028

21

1 054

0,0440

0,42

ORAN

EL BAYADH

1523

6

825

0,0325

0,39

ILLIZI

318

2

842

0,0529

0,63

B.B.ARRERIDJ

461

0

79

0,0000

0,00

BOUMERDES

EL TARF

TINDOUF

89

0

293

0,0000

0,00

TISSEMSILT

266

0

95

0,0000

0,00

EL OUED

5548

9

999

0,0162

0,16

KHENCHELA

SOUK AHRAS

TIPASA

MILA

146

0

21

0,0000

0,00

AIN DEFLA

45

0

7

0,0000

0,00

NAAMA

1686

6

1 201

0,0428

0,36

AIN-TEMOUCHENT

GHARDAIA

2749

4

837

0,0122

0,15

RELIZANE

TOTAL

47521

108

156

0,0036

0,23